La Trap ou le passeport de la culture hip-hop marocaine

Oui, c’est un autre article sur l’Afrique. Non, il n’y aura pas de kiwi à la fin de l’article. Et oui, stiti.

Dramane l’a dit la semaine dernière, le public s’intéresse de plus en plus au Rap étranger. Ce phénomène trouve sa force dans la communauté Youtube et les réseaux sociaux en général. Ne t’inquiète pas je vais tout t’expliquer. Alors installe toi bien, met une main sous ton slip, et profite.

Tout a commencé vers la fin des années 90 et au début des années 2000. Avec la fin du règne de l’ancien roi du Maroc, la démocratie commence à prendre place dans le royaume. Et cela s’est fait sentir sur la scène artistique, car de plus en plus de mouvements émergent en même temps sur le territoire. En effet, un de ses mouvements fût le rap marocain, car dans un pays ou le peuple commence à revendiquer ses droits, quoi de mieux que de la bonne musique vulgaire et anti-système pour faire passer le message.

Et c’est comme ça qu’est né BIGG the DON, Muslim, le collectif H-kayn ou encore Casa-Crew. Ces quatre grands noms de la scène hip-hop marocaine se sont donnés beaucoup de mal pour répandre cette nouvelle culture qui ne touche que les jeunes du fait de sa vulgarité. En effet, à l’époque, le seul moyen de gagner en visibilité au Maroc était de passer à la radio ou à la télé. Hélas, le caractère trop street et trop direct de leurs chansons ne les aidait pas.

Mais ces artistes avaient du flair (alors me dis pas que l’argent n’a pas d’odeur), ils ont composé quelques chansons compatibles avec toutes sortes de public mais qui gardent le message anti-système que les parents ont bien kiffés. Ainsi, ils ont pu avoir plus de visibilité ce qui leur a permis de vendre quelques milliers de disques.

Mais la culture hip hop marocaine ne prend vraiment un tournant international qu’à partir de lOVNI, la BETE, le Mickael Jackson de la culture street marocaine, j’ai nommé : 7LIWA.

Je vois déjà quelques puristes me contredire, mais 7liwa a participé à l’essor du rap marocain. Alors je vais lui consacrer tout un paragraphe.

 

7liwa, qui veut dire petit gâteau en dialecte marocain, et de son vrai prénom IHAB, est un rappeur de 22 ans originaire de Casablanca. Il vient bouleverser la scène hip-hop marocaine en ramenant la Trap et c’est ce qui lui a permis de gagner plus de public. En effet la Trap possède plus de musicalités que le rap engagé et les thèmes sont le plus souvent liés aux rêves plutôt matérialistes de la jeunesse marocaine. Des sons qui nous enjaillent quoi ! 7liwa a aussi permis d’ouvrir la porte aux featurings avec des rappeurs français, mais ça, on en parlera plus bas dans l’article.

Quand 7liwa commencé la Trap, plusieurs rappeurs mais surtout des beatmakers l’ont suivi dans le mouvement et se sont convertis à la trap. Je parle d’ElGrandeToto, 7ari, MAAD, Shayfeen, ou encore l’Inkonnu pour ne citer que les plus présents sur les réseaux sociaux. Pour ce qui en est des beatmakers, il y’a Master beats, Draganov, XCEP, ou encore HADES qui fait les instrus de Rim-K ou Souleymanbeats qui a fait l’instru que tout le monde connait, oui je parle OKLM du B2OBA !! T’as vu ça ma gueule, les boss du rap game français en collaboration avec les beatmakers du bled !

C’est justement pour ça que je vous dis que la Trap est le passeport de la culture urbaine marocaine. À croire que le rap marocain a plus de chance de quitter le territoire que Aziz !

En effet, je vous ai dit que 7liwa avait marqué un tournant dans l’histoire du rap marocain. C’est en 2016 qu’il ouvre les portes du marché français au rappeurs marocains en sortant Gonzalez en Feat avec L’artiste lui-même. Ce dernier, marocain d’origine, a repéré 7liwa et l’a pris sous son aile en le produisant et en le montrant au public français. Il fait ça d’ailleurs avec tout un collectif, celui de 7liwa qui s’appelle ZAWA city et qui est en collaboration avec d’autres collectifs marocains dont A6gang, BNJ City Block ou WA DRARI SQUAD. Mais finalement, suite à des embrouilles entre l’Artiste et les rappeurs, il n’y a que 7ari qui signe à Purple Money et qui y reste.

LACRIM, algérien d’origine avouera même dans une interview sur YouTube que le rap Game marocain était meilleur que celui de son pays et c’est ce qui la poussé à solliciter SHAYFEEN et MAAD dans son nouvel album R.I.P.R.O.3 avec le son 3DABI qui veut dire « mes tourments ». Suite à cela, SHOBEE, membre de SHAYFEEN, ainsi que MADD réalisent un feat avec le rappeur français d’origine ivoirienne LAYLOW.

Le rap marocain promet de devenir international, mais il reste toujours la barrière de la langue. Mais avec la communauté YouTube, même ce mur commence à s’effriter (ah, ça me rappelle que j’ai des trucs à faire). En effet, en parcourant YouTube, je tombe sur une trouvaille. NOTRE RAP MAROCAIN EST ECOUTÉ AUX ETATS-UNIS MA GUEULE !

Les youtubeurs américains se spécialisent de plus en plus dans ce qu’on appelle les « Réaction Vidéos » où ils commentent les vidéos sorties sur YouTube et surtout les clips de rap. Ainsi, plusieurs youtubeurs américains, et par la suite européens ou encore africains réagissent sur les clips de rap marocain et essayent même de comprendre quelques mots dont la signification de 7liwa par exemple.

Et la cerise sur le 7liwa (Petit gâteau), ce mercredi 25 avril, à la Bellevilloise OCTOPUS et NAAR présentent pour la première fois en France : SHAYFEEN, MAAD, et ElGrandeTOTO, et je compte sur vous pour y être, c’est juste ici ! Billetterie Digitick

 

Publicités