L’art de s’improviser Sneakers addict

C’est à ma rentrée en première, fièrement armé de mon swag palpable de chez Pull and Bear, que j’ai vu la première paire de sneakers aux pieds de mon pote. Il venait de rentrer d’un voyage à Londres et y avait acheté sa première paire de sneakers : la mythique Air Max 90 infrared que je trouvais franchement dégueu à l’époque. Et je ne pense pas me tromper en disant que la sneakers est aujourd’hui l’élément de base du style d’un lycéen lambda mais il y a quelques années, porter une paire d’air max te faisais passer pour un mec de tess et faire un pin roll te valait de belles insultes homophobes. Au final mon style de balai à chiotte est passé à la trappe pour que le style de mon pote domine, ce qu’on appelle aujourd’hui la caste des « fuckboys ».

Porter la dernière collab raflée sur Insta est un critère important de style aujourd’hui (même si j’ai mal aux yeux quand je vois la façon dont certains les portent) et toute une hype s’est créée autour de la sneaker. J’ai fini par succomber à la hype et me suis mis à me pencher d’un peu plus près sur ce monde particulier. La sneaker, aussi bête que cela puisse paraître, est un vrai monde qui fédère des passionnés de tout âge et venant de tous  les milieux sociaux ou religieux. Je me suis retrouvé à faire des camp out avec des darons de 40 ans comme avec des mecs de quartier ou de vrais hipsters.

Je ne fais pas partie de ce monde des « Sneakers addicts », mais durant la courte période où j’ai pu participer à des camp avec mes potes je me suis rendu compte de la complexité de ce milieu qui possède ses codes et son vocabulaire. Cet article est donc dédié à celui qui s’intéresse à la sneaker et qui veut acquérir la base ou le socle de départ à savoir pour débuter.

Un peu d’histoire, ça fera pas de mal

Déjà qu’est ce qu’on entend par sneakers ? A la base c’est censé être une paire de chaussures de sport (tennis, running, basket,…) qui est détournée pour une utilisation quotidienne ou plus urbaine. C’est pas pour rien que le mouvement naît en même temps que le hip hop dans les années 70. Les rappeurs le portent pour se démarquer et se donner leur propre identité, les breakdanceurs l’adoptent pour leur confort et leur style. Il y a donc toute une hype qui émane et les grandes marques y voient un marché très juteux.

Le monde urbain s’approprie peu à peu celui de la sneakers, on passe du terrain au trottoir. Grande nouveauté également, ce ne sont plus uniquement les sportifs qui sont influenceurs des marques comme en témoigne le groupe RUN D.M.C. qui sort son morceau hommage « my adidas ». Un carton qui démocratise un peu plus l’usage streetwear de la sneaker. Je vous conseille d’ailleurs le très bon article de Mattea qui a écrit à ce sujet.

En 1986, Adidas sort une paire de Superstar en collaboration avec ce même groupe. Et les autres grosses marques de l’époque ne passent pas à côté de cette nouvelle mode et investissent à fond le marché. Elles ne perdent cependant pas leur identité première qui reste celle d’une chaussure de sport. En effet, Nike décide de sponsoriser Michael Jordan et crée pour lui l’emblématique Air Jordan 1.

air-jordan-1-1985-2016.jpeg

 

Puis ils décident de reconquérir le marché du run en créant son modèle classique : la Air Max 1. La technologie utilisée avait déjà été utilisée sur d’autres modèles, elle consistait à insérer une capsule de gaz dans la semelle étant originellement conçue pour amortir les chocs des coureurs. Mais la différence va se jouer dans le fait que sur la AM1, la bulle d’air apparaît depuis l’extérieur de la semelle (Tinker Hartfield, le designer s’est inspiré de la façade du centre Pompidou).  Un détail qui plait toujours autant au grand public et qui permet à Nike de s’imposer en leader du marché des sneakers. La marque décomposera son concept en plusieurs modèles tous plus emblématiques les uns que les autres : Air Max 90, 95, 97 et j’en passe.

nike-evolution-of-visible-air

Je pourrais continuer des heures à expliquer l’histoire de chaque paire mais t’as l’idée. La sneaker n’est à la base pas conçue pour être portée dans la rue. La paire est toujours créée pour être utilisée sur un terrain. Si aujourd’hui on aurait du mal à imaginer un marathonien courir en AM1, c’était le but premier de Nike.

La sneaker n’est finalement qu’une appropriation du sport par la rue et démocratisée en un accessoire de style à part entière. Et ça correspond exactement à la tendance actuelle. On est dans un délire où une majorité de gens veut se créer sa propre identité. Ils pompent leur style sur leurs rappeurs préférés en voulant se donner un air street sans pour autant ressembler à des mecs de quartier. La sneaker est donc une appropriation par la rue que le grand public s’approprie à son tour.

Petit précis de vocabulaire

Si tu te retrouves sur un camp ou que tu dois parler avec un passionné, il va falloir maîtriser quelques mots qui te permettront de ne pas passer pour un Bambi devant les autres.

BOT :  algorithme utilisé permettant de cop (cf définition) une paire plus facilement lors d’une release (cf définition) en ligne

Camp out : fait de camper devant un magasin pour cop une paire en édition limitée. On pourrait appeler ça un shotgun

COP : acheter une paire

Dead Stock (DS) : paire qui n’a jamais été portée

Fake : si tu parles un minimum anglais tu te doutes qu’il s’agit d’une paire de contre façon

General Release : paire distribuée en grande quantité dans de nombreux magasins. C’est une paire qui n’est pas rare

Hook up : Acheter une paire pour une autre personne

Legit : Pour désigner un vendeur fiable

Last Pick Up (LPU) :  dernière acquisition d’une personne

OG : Signifie qu’il s’agit de la première édition de la paire

Outlet : sortie d’usine

PP ready : signifie qu’un acheteur dispose des fonds nécessaires pour acheter la paire immédiatement par paypal

Pinroll : ourlet serré qui expose mieux la sneaker

Adidas-zx-flux-white-core-black-1

Quick Release : terme utilisé par Nike pour annoncer la sortie d’une paire en édition très limitée

Raffle : Tirage au sort instore ou sur les réseaux pour donner l’opportunité à une personne d’acheter une paire rare. Cette pratique a tendance à s’imposer sur les camp du fait de débordements répétés lors de certains camp

Release date : date de sortie

Resell : fait de vendre une paire dans le but de faire du profit

Retail : Prix de vente d’une paire instore

Rocker :  Une personne qui porte ses paires, à l’inverse d’un reseller ou d’une personne les conservant pour les collectionner

Sample : échantillon d’une paire avant la sortie officielle

Scamer : vendeur ou acheteur qui souhaite arnaquer

Shape : design de la paire

Shipping : expédition (en général on négocie avec un acheteur pour qu’il paye les frais de shipping)

Size Swap : fait de vouloir échanger une paire avec une identique mais à sa pointure

SKU : code d’identification d’un produit

Trade : échange avec une autre paire

WTB (want to buy) : fait de vouloir acheter une paire

WTS (want to sale) : fait de vouloir vendre une paire

WTT (want to trade) : fait de vouloir échanger une paire

Maintenant tu vas me dire « gneugneu à quoi ça me sert de savoir ça maintenant ? ». Si tu te dis ça, j’ai envie de te dire pourquoi t’as lu l’article jusqu’ici fdp ?

Si t’as cliqué parce que t’avais envie d’avoir quelques bases j’te félicite, tu es désormais en mesure de suivre une conversation lambda entre deux sneakers addicts. Par contre attention je préviens, cet article n’a rien d’exhaustif et je ne me proclame en aucun cas « expert de la sneaker ». Donc si tu veux aller faire l’expert avec un vrai passionné en sortant tes trois mots appris ici et que tu te fais soulever, viens pas pleurer.

Par contre, cet article va te permettre de pouvoir suivre l’actu sur des sites plus techniques, de comprendre les codes et les mécanismes sur les groupes facebook et les sites de resell, de pouvoir faire tes premières Raffles et revendre à ton tour tes paires pour te faire un max de K.

giphy.gif

Libre à toi désormais de continuer sur d’autres sites pour parfaire ta culture, te tenir au courant des dernières sorties et de raffler tes premières paires. Pour ce faire je vais quand même te donner quelques tips.

Comment me tenir au courant de l’actualité ?

Le site thedropdate.com est excellent pour recenser toutes les sorties en date. Non seulement le site donne accès aux dernières sorties mais en plus il te permet de savoir où et quand la raffle aura lieu (surtout voire exclusivement des raffles en ligne en réalité). Elle donne également accès à des sites où on peut se procurer des paires déjà rafflées.

Le site hypebeast.com quant à lui aura l’avantage de dédier des articles à de nouvelles sorties en donnant un max de détails sur la paire pour parfaire sa culture. En plus de ça, elle te fait une liste assez complète des comptes insta et shops qui organisent des raffles ou les camp out à suivre.