13 Block au Cergy Street Festival : l’événement de l’année

Après une première édition couronnée de succès, le Cergy Street Festival organisé par notre association E&B prend son envol. La preuve ? Le groupe phare du moment y sera, pour un concert qui s’annonce légendaire. Je parle bien évidemment de 13 Block, trappeurs de Sevran composé de Zed, Stavo, Sidikey et Zefor. Tu ne les connais peut-être pas, mais ils sont loin d’être des rookies et leur présence témoigne d’une montée en puissance de l’événement. Tu veux en savoir plus sur eux ? Qui sont-ils, quelle est leur musique et pourquoi il faut absolument les écouter avant le concert ? Alors suis-moi (je connais un coin sympa) !

Mais dis-moi Jamy, c’est quoi la trap ?

maxresdefault-4
Désolé pour cette réf moisie, continue de lire stppp

Pour les trois du fond qui dorment, 13 Block est aujourd’hui le groupe de référence de la trap à la française. On s’est donc dit qu’il fallait un peu revenir sur les origines de ce mouvement musical, de son apparition à son évolution jusqu’à son arrivée en France.

Une donnée irréfutable est que la trap est originaire d’Atlanta, dans le Sud des Etats-Unis. Si les premiers morceaux de trap viennent plutôt d’Outkast et Goodie Mob dans les années 90, le terme et le genre prennent son essor au début des années 2000 sous l’impulsion de deux artistes : T.I. et Young Jezzy. Leurs albums (respectivement Trap Muzik et Let’s Get It: Thug Motivation 101) constituent l’acte fondateur majeur de cette musique. Vers la fin des années 2000/début des années 2010, Atlanta renforce sa position dans le rap avec des artistes comme Gucci Mane ou 2 Chainz, mais le succès n’est pas encore aussi global qu’aujourd’hui.

Pour faire simple, plusieurs courants vont alors se distinguer : la musique très agressive et violente de Waka Flocka avec les prods anxiogènes de Lex Luger, les mélodies de Young Thug ou encore les claviers de Mike WiLL Made-It notamment utilisés par Future. Le mouvement prend alors de l’ampleur et va devenir la musique la plus populaire (en tout cas certainement le mouvement le plus vaste et couronné de succès ces dernières années) grâce notamment à Migos et Metro Boomin.

Et en France ? L’importation de la trap vient dans un premier temps sous sa forme la plus dure et violente : le premier succès majeur est l’oeuvre de Kaaris et son classique Or Noir. Par ailleurs, dans le pays de l’exception culturelle, on peut se vanter d’être les précurseurs de l’afro trap grâce à ce bon vieux MHD (« vieux » parce qu’il a 2 ans de plus que moi hein). Mais aujourd’hui ce sont les triplets de flow à la Migos qui priment, et l’influence américaine se fait sentir chez de nombreux artistes (au hasard : Leto avec son TRAP$TAR, Siboy sur Spécial ou encore Josman et son récent album J.O.$).

Alors évidemment j’ai fait un mega résumé condensé de ce qu’est la trap, et je vous invite à approfondir le sujet si ça vous intéresse parce qu’il y a bien plus de choses à dire à ce propos : l’ampleur qu’a pris le mouvement, l’évolution d’un point de vue musical, les « normes » que la trap a pu imposer mais aussi les sujets traités. Breffff, beaucoup de choses à dire mais on n’a pas le temps parce que t’as la flemme de lire un article de 15 pages, normal.

Et le 13 Blo Gang dans tout ça ?

Comme expliqué en intro (tu suis j’espère), 13 Block est composé de 4 membres (dont les pseudos ont changé au fil des années, je t’épargne les détails) et vient de Sevran. Le groupe commence à se faire connaître aux alentours de 2014-2015, dans le sillage de Kaaris qui les invite sur « Vie Sauvage » extrait de son second album Le bruit de mon âme. Une première mixtape intitulée XIII voit le jour en 2014, aux influences drill de Chicago (dont le chef de file est Chief Keef) plutôt que trap d’Atlanta, comme d’autres jeune groupes à ce moment-là (PSO Thug, XVBarbar entre autres).

Le groupe enchaîne avec V.U.E. (Violence urbaine émeute) puis U L T R A P en 2016, deux nouveaux projets plus aboutis. Le premier présente plusieurs facettes et les prémices de leur musique future, tandis que le second insiste davantage sur le côté hardcore de leur musique.

2018 voit la sortie de leur excellent projet Triple S porté par l’incroyable tube qu’est « Vide » et les productions plus mélodiques d’Ikaz Boi, producteur de l’intégralité de la mixtape.

Aujourd’hui, 13 Block se présente comme l’ambassadeur de la trap en France. Tous ses membres se sont améliorés, sans qu’aucun n’ait un niveau plus faible que les autres. Zed excelle dans les refrains chantés, Stavo et son énorme voix sont inratables, tandis que Sidikey (anciennement Oldpee) et Zefor semblent savoir tout faire. Ils continuent de rapper leur quotidien dans la rue, avec précision et des sons qui restent toujours en tête. Le média Yard a suivi leur évolution de près et a écrit un excellent article retraçant leur parcours avant la sortie de Triple S, je vous invite à le consulter ici.

Toute cette évolution a donc débouché sur leur premier véritable album, BLO, sorti le 26 avril dernier.

FUCK LE DIX-SEEEEEPT !

On en arrive au 26 avril dernier. La team de Sevran s’est enfermée plusieurs semaines en studio dans le Sud de la France pour enregistrer de nouveaux morceaux. Du coup, presqu’un an exactement après leur projet Triple S, 13 Block sort son premier album : BLO. Et honnêtement c’est une putain de réussite.

J’ai tendance à être agacé par les albums de plus de 14-15 morceaux (oui j’ai la vie dure aujourd’hui). Mais BLO brille par sa cohérence et son efficacité du premier au dernier son de l’album avec absolument AUCUN faux pas. Faut dire que les quatre gars de Sevran devaient en sélectionner une vingtaine sur les les soixante qu’ils avaient enregistré en studio. Forcément, le tri est efficace et seul le meilleur reste.

Si on devait me demander de dire en un seul et unique mot pourquoi est-ce que cet album est une réussite, je n’hésiterai pas plus d’une seconde : le maître mot du projet est authenticité.

  • Authenticité par l’image que renvoie le groupe déjà. Les sevranais sont de vrais amis d’enfance qui se connaissaient déjà bien avant même de songer à se lancer dans le rap. Quand on les voit en interview on sent une véritable complicité entre les membres; et forcément dans l’album ça se ressent. Comme on l’expliquait plus haut, les membres sont parfaitement complémentaires : chacun apporte son petit plus dans chaque son (en général du miel pour Zed et de la harissa pour Stavo par exemple). Mais surtout, il n’y a jamais de structure prédéfinie : ce n’est pas toujours le même qui fait le refrain, ce n’est pas toujours le même ordre de couplets, ce n’est pas toujours la même longueur de couplet et un membre du groupe n’hésite absolument pas à s’absenter d’un morceau s’il sait qu’il ne peut rien apporter de plus. Bien sûr tout cela serait impossible sans une parfaite complicité. Résultat : l’album est équilibré sans être monotone ni répétitif.
  • Authenticité par le vécu ensuite. Bien sûr je ne suis pas un de ces connards de puristes qui crachera sur les « faux gangsters ». Tant que le son est bon, je m’en fous que tu t’inventes une vie ou non. En revanche, chez 13 Block comme il y a un véritable vécu, les gars nous envoient un son brut rempli d’émotions réelles qui, du coup, te saisissent pleinement. L’exemple typique c’est le morceau phare de l’album : Fuck le 17 (mais on y revient dans quelques instants).
  • Authenticité des mecs enfin. C’est simple, ça fait plaisir de voir des vrais gars simples de temps en temps. Des gars que tu pourrais croiser dans n’importe quel bât’. Des gars vrais quoi.

« Wesh mais Young Nutz t’arrêtes ta vieille analyse giga white et tu nous parles son ou c’est comment ? »

Ta gueule frère. L’album c’est simple : c’est plein de flows divers et complémentaires posés sur des instrus bien lourdes et des gimmicks qui te donnent envie sauter sur la gova du daron (le fais pas si tu tiens à la vie).

Quelques sons pour te saisir de l’ambiance globale du projet :

Petit Coeur

C’est Petit Coup de Coeur ouais bordel les bâtards. C’est peut-être pour moi la meilleure prod’ de l’album. La petite inspi’ à la West Coast années 90 est bien fraiche. Le jeu entre l’absence de kicks/toms et le pont chanté de Stavo est trop doux. Le couplet de Zefor à la fin est très carré aussi.

Métagorique

D’après Genius :

Le titre vient de “métagore”, terme inventé à l’origine par Thomas A. Ravier pour décrire l’écriture de Booba et la fascination qu’elle suscite. C’est un mélange de métaphore et de gore : des métaphores à images violentes.

Mais bon en vrai je m’en branle je kiffe tellement quand Stavo lance simplement son « C’est très métagorique » que je me sens obligé de lâcher un « no homo » juste après.

La prod’ est encore une fois très carrée mais c’est surtout l’un des morceaux les plus équilibrés de l’album en termes de présence des rappeurs. Bref merci Stavo mais merci tout le monde aussi.

Fuck Le 17

Pas la peine d’en parler, c’est le morceau de l’album pour toutes les raisons énoncées plus haut.

Du coup ta mission est simple si tu veux pas que je te liave. Tu vas écouter en boucle le son pour qu’on puisse turn up saaaaaale dessus au Street Fest. Parce que si tu niques mon pogo sur Fuck Le 17, je vais te donner une raison d’aimer la protection des poulagas.

Des choses à dire…

Alors y a encore des choses à dire mais bon le plus simple c’est que t’écoutes au moins Triple S et BLO tout seul comme un grand garçon.

Bref, je pense que t’as capté : E&B n’aurait vraiment LITTERALEMENT pas pu faire mieux en termes de guest pour le SF. Du coup prends vite tes places narvalo car c’est vraiment l’event de l’année !

Lien vers le turn up de ta vie.

13 Bisous

Sacha & Dra

Ce qu’il ne fallait pas manquer du Printemps 2019

Tu as raté nos Vendredi Sorties hebdomadaires ? Ta résolution 2019 c’est d’écouter du Rap Français ? Tu veux juste une playlist des plus gros sons de 2019 ?

Voici un récap subjectif de ce qu’il fallait écouter durant le premier trimestre de 2019.

En France

LE Top 3 (sans ordre particulier) : PNL, Ninho, Hamza

Les Immanquables : Koba la D, Zola, Kaaris, Heuss l’Enfoiré, Jok’Air, XV, et 13 Block (que tu pourras retrouver le 24/05 au Cergy Street Festival)

Ils ont rythmé le Printemps : Niska (Giuseppe, Médicament), Koba laD (FeFe, Aventador, RR, R44, Cellophané), Leto (Double Bang 5, 6 et 7) RK (Rêves de Gosse)

La Découverte de la Rédac’ : Diddi Trix (Trix City)

Le Koup de Koeur de la Rédac’ : Luidji (Tristesse Business : Saison 1)

La Playlist “Immanquables”, (ré)écoute les sons qui ont fait trembler le Bocal et ont tourné en boucle dans les oreilles de la Rédac’ :

Aux US

Outre-Atlantique, on n’a pas eu grand chose à se mettre sous la dent. On espère que l’été sera rempli de bangers. Voici les albums notables sortis depuis le début de l’année :

Bilan : le Rap Français a fait un quasi sans-faute au premier trimestre, on a hâte d’écouter ce qu’il nous réserve pour cet été !

VENDREDI SORTIES #26

Bonjour à tous et bienvenue dans ce nouveau numéro des Vendredi Sorties, la chronique qui te récapitule les sorties musicales de la semaine. Ce début de printemps est agité et annonciateur de beaux singles pour l’été à venir :

EN FRANCE :

PROJETS

  • Un an et demi après son premier album Comme Prévu, et suite à une année 2018 franchement réussie avec I.L.S 2.0 et une invincibilité en feat (on le rappelle), Ninho remonte à bord du GP 800 pour nous sanctionner avec son nouveau projet : Destin. Jusqu’ici l’album ne fait pas l’unanimité. D’aucuns soulignent le manque de prise de risque, d’autres y voient beaucoup de potentiels bangers. Peut-être en attendait-on trop de N.I après qu’il a annoncé « l’album de l’année ». On vous laisse vous faire votre propre avis :

  • Il ne suffit pas de prendre 2 rebeus au style particulier pour faire du PNL… Djadja & Dinaz sortent leur 5ème projet : Drôle de Mentalité. Un peu moins long que Le Revers de la Médaille (2e partie), la formule reste sensiblement la même.

  • Comment un tel gabarit a-t-il réussi à passer inaperçu en ce vendredi ? Naza balance Bénef. Au niveau des featurings, KeBlack et 4Keus entre autres, et la promesse de quelques délices bien débiles à écouter au bord de la piscine cet été.

  • Le rappeur marseillais Soso Maness, ancien collaborateur de la Mafia K’1 Fry mais aussi plus tard de Jul, présente son nouveau projet « Rescapé » :

SINGLES

  • 1 million de vues en moins d’une heure, sans aucun doute 7 millions de vues en 24 heures, est-il vraiment nécessaire de vous informer du retour de PNL …? Une collab inédite avec Off-White, un clip au sommet de la Tour Eiffel, le couplet de NOS… Bref :
  • Le duo inspire même DiMeh dans son nouveau clip Jeunesse qui vient tout juste de sortir :
  • Après une semaine de Planète Rap sur Skyrock, 13 Block dévoile le clip d’Amis d’Avant et annonce la date de sortie de leur prochain album BLO. Rendez-vous le 26 Avril.
  • Exit les noms de véhicules, Koba laD poursuit son rythme d’un single par semaine (FeFe, Aventador, RR, R44) et revient à sa première source de revenu avec Cellophané :
  • Cheu-B, probablement le membre le plus prometteur du XVBarbar, s’associe une nouvelle fois à Cinco après l’excellent « My Chain » pour un nouveau single tout aussi réussi :

Un des rookies à suivre de très près dans les mois à venir est sans aucun doute Diddi Trix : le jeune rappeur originaire de Bondy et protégé de DJ Kore montre l’étendue de son talent sur un nouveau freestyle OKLM :

  • L’ancien membre de la MZ Hache-P nous offre sa meilleure zumba en compagnie de Lartiste :
  • Sefyu est de retour avec « Mal(à)laise » :
  • A noter également : un nouveau single cloud rap de Green Montana ainsi que le clip de Flex de Tengo John, Infinit‘ et le Prince Waly :

AUX US

PROJETS

  • Après un premier album réussi et la « retraite » de son rival Lil Uzi Vert, Rich The Kid sort The World Is Yours 2, suite plutôt bien aboutie de son premier long projet. À écouter ici :

  • En Janvier 2019, le rappeur canadien Nav prenait sa retraite (à 29 ans). Fin Mars, il revient avec un 2ème album, Bad Habits. Bon…

  • Le trappeur canadien signé sur le label de Drake (OVO) Baka Not Nice nous offre un projet de 3 titres, avec des apparitions de Juicy J et de Giggs :

SINGLES

  • Le sosie de Quavo et le petit bébé d’Atlanta s’offrent une collaboration 100% ATL. Jacquees featuring Lil Baby, c’est ici :

  • Comethazine profite d’une belle tête d’affiche, en la personne d’A$AP Rocky pour le remix de Walk :

  • Après un shout-out de Drake, le poulain de Young Thug, Lil Keed continue son bout de chemin et s’offre un joli featuring avec Offset.

  • Un an et demi plus tard, Jaden Smith remix et clip Watch Me:
  • Lil Duval fait appel à 2 Chainz pour rajouter un couplet à son single avec Ty Dolla $ign, « Pull Up » :

  • Certaines filles préfèrent les filles, et PnB Rock aime ce genre de filles. Si bien qu’il a décidé d’inviter Lil Skies pour en parler.
  • Pivot Gang, collectif formé autour du rappeur de Chicago Saba, sort un nouveau single :

L’INSTANT SUCREY

Un court instant cette semaine mais d’une qualité certaine puisque :

  • BJ The Chicago Kid revient avec le single intéressant Close

  • Ryan Trey semble avoir réussi à sortir Bryson Tiller de son exil !

  • Pink Sweat$ nous parle d’un fameux cocktail pour nos soirées, Coke & Henny Pt. 1

  • Lil Baby est invité sur le nouveau single de Jacquees :

DECOUVERTE DE LA SEMAINE

  • Le chanteur de 19 ans Ryan Trey s’offre un featuring de Bryson Tiller pour un nouveau track :

A la semaine prochaine chacal

Vendredi Sorties #23

Malgré l’arrestation de 21 Savage par l’ICE, le service d’immigration américain, le monde continue, ainsi que les vendredi sorties. C’est parti :

En France

Projets

  • Le GROS événement de la semaine en France, c’est la sortie du dernier double-album de Lacrim, sobrement intitulé « Lacrim ». Très très gros feats en perspective : on compte 6ix9ine, French Montana, Snoop Dogg et Rick Ross côté US, et notamment Soolking et Oxmo côté français. Est-ce que la qualité du projet est à la hauteur des nombreux invités ? On vous laisse en juger par vous-même.

  • Le rappeur de bon gamin Loveni a appelé tous ses copains sur « Une Nuit avec Bon Gamin », on pense notamment à Ichon, Myth Syzer et Brody, dans ce court projet d’à peine une demi-heure. C’est franchement très bon, très groovy, allez écouter ça.

Aux US

Projets

  • Après son projet remarqué avec Freddie Gibbs, Fetti, Curren$y s’associe à Wiz Khalifa pour nous faire un petit 10 years challenge musical sur « 2009 ». Retour en 2009 donc, et un exercice qui aurait pu sembler maladroit ou être de mauvais goût se évlèe en fait très réussi. Wiz Khalifa est très à l’aise sur les prods sur-mesure de Curren$y. Si vous n’aviez qu’un seul morceau à écouter, jetez un coup d’oeil  à Garage Talk, le premier morceau de l’album :

  • Buddy peut se vanter d’avoir sorti un des projets les plus atypiques et excentriques de 2018 avec « Harlan & Alondra ». Cette réédition est l’occasion de s’y replonger ou de la découvrir si vous en êtes passés à côté, mais aussi d’écouter les quatre nouveaux morceaux qui ont été ajoutés à la fin de l’album. On compte notamment un feat avec JID et un avec 03 Greedo, donc aucune raison de laisser filer cette sortie !

  • AJ Tracey, pour ceux qui ne le connaissent pas encore, est un des princes de la drill outre-Manche. Il a sorti ce vendredi son premier album éponyme. Très honnêtement, l’augmentation de moyens qui accompagne sa signature en maison de disques le dessert probablement : ils pose sur des prods plus chères, plus fournies, mais qui sonnent beaucoup plus génériques. Tombe-t-il dans le piège classique des rappeurs qui perdent leur fraîcheur dès qu’il commencent à goûter à la célébrité ?

 

Singles/Clips

  • La fin de la saturation Migos ? L’instru futuriste de ce dernier single signe-t-elle un changement de cap de la part du trio ? Si le son et le flow Migos ont été une bouffée d’air frais au moment de leur arrivée dans le game, et leur a valu d’être propulsés au rang de superstars, on commence à leur reprocher leur manque d’inventivité et leur frilosité en terme d’expérimentation. Qu’on aime ou qu’on n’aime pas leur dernier morceau « Position to Win », on ne peut que saluer la prise de risques.
  • Aminé sort un remix du morceau « BlackJack » de son dernier projet, sur lequel il invite l’étoile mnontante YBN Cordae, à qui ont doit notamment Old Niggas. Une collaboration réussie qu’on fera très surement tourner les semaines qui suivent.
  • Ça y est, Desiigner essaie de revenir dans le game. Celui qui se défendait il y a un an d’être un « One hit wonder » a tenté tant bien que mal de faire du bruit cette semaine en s’en prenant à Kanye West et en le traitant de fou. Certes, mais est-ce que son dernier single est à la hauteur des espérances ? Pas réellement. La raison pour laquelle Desiigner a autant plu est qu’il sonnait comme un Future sous stéroides. « TOOT ! » est bien plus lent, et Desiigner s’aventure sur un terrain que Future maîtrise déjà bien mieux que lui. Pourquoi alors s’embarrasser à écouter Desiigner ? Si vous avez besoin d’une piqûre de rappel quant à ce que Future peut atteindre lors de ses éclairs de génie, on vous invité à (ré)écouter Solo, de l’album HNDRXX :
  • Meek Mill sort cette semaine le clip de « Going Bad », un des gros sons de son dernier album en featuring avec Drake.
  • Le clip de « Mile High » est l’occasion de se repencher sur la sortie du très bel album de James Blake, et notamment sa collaboration avec Travis Scott et Metro Boomin. La grande réussite du chanteur anglais sur ce morceau est d’appeler Travis Scott sans pour autant le réduire à un rôle de rappeur générique.
  • Avec « Kids Turned Out Fine », A$AP Rocky continue à clipper les titres de TESTING, et on en redemande. Si le projet avait pu en décontenancer plus d’un à sa sortie, le fait de retrouver certains morceaux accompagnés de la patte visuelle de Rocky permet de mieux saisir la vision de celui-ci, et finalement de mieux apprécier des morceaux qu’on aurait oubliés sans ça, voir même de se replonger dan TESTING.
  • Travis Scott continue sur sa lancée en balançant le clip de « CAN’T SAY », morceau de l’événement international Astroworld.
  • Le morceau « Runnin » de la BO de Creed 2 a été clippé par la clique :

KOUP DE KOEUR

  • ATTENTION !Cette vidéo n’est pas un clip à proprement parler. Tom Scott, le rappeur à l’origine du projet Avantdale Bowling Club, demande à des personnes de déconstruire le concept de qui se cache derrière le terme « Home ». Home, c’est aussi le titre d’un des morceaux de son formidable album Avantdale Bowling Club. Celui-ci est passé sous les radars d’à peu près tout le monde lors de sa sortie, c’est pourquoi je prends le temps d’en parler maintenant. L’Avantdale Bowling Club, c’est un projet sorti en 2018, dans le quel le rap se marie à du très beau jazz pour un résultat unique et très personnel. Si vous êtes sensibles aux sonorités jazz, alors allez au moins écouter F(r)iends, le troisième morceau de l’album.

 

L’instant sucreyy

  • Vous l’attendiez, et bien la rédaction ne vous décevra pas ! Pour adoucir votre semaine, on vous recommande le titre « Talk » de Khalid (rien à voir avec DJ Khaled) en collaboration avec Disclosure. La voix du jeune chanteur est toujours aussi puissante et envoûtante :

 

S/O Irénée pour ce VS impeccable pour illuminer votre semaine

Vendredi Sorties #15

Bonjour à tous et bienvenue dans ce nouveau numéro des Vendredi Sorties, la chronique qui te résume toutes les sorties musicales de la semaine ! Après SCH et Johnny en France ou Future & Juice WRLD aux États-Unis la semaine dernière, cette semaine a été moins remplie en « grosses » sorties mais quelques beaux projets tout de même :

En France

Le « rap de kickeur » (si ça veut encore dire quelque chose) a été mis à l’honneur cette semaine :

Projets

  • Après un premier projet salué par la critique l’an dernier, le rappeur le plus technique de l’Hexagone (ou presque, te vexe pas zin) Infinit’ sort un nouvel album très court, « Ma version des faits ». 8 sons, 24 minutes, et des featurings qualis, notamment Alpha Wann et Caballero & Jeanjass. Jette un coup d’œil si tu es en recherche de kickage moderne sur des prods ultra percutantes :

  • « Ça va bien s’passer », c’est le titre du nouvel album de Flynt, qui s’était fait rare depuis 2012. Le projet est très posé, magnétique, le genre de bail qu’on écoute la nuit un verre de whisky dans la main. Flynt a maintenant 41 ans, et c’est sa maturité qui transpire dans l’ensemble du projet. À écouter :

Singles / Clips

  • Kaaris prépare la sortie de son prochain album, « Or Noir Part.3 » en dévoilant le single et le clip de « Livraison », qu’on pourra retrouver sur le projet. On espère que ce qui arrive sera à la hauteur des deux premières parties, qui avaient sacrément remué le rap jeu.
  • Maes, un des poulains les plus prometteurs de l’année 2018, a été surveillé de près par Booba. On attendait le feat que les deux rappeurs teasaient sur les réseaux depuis quelques temps, et il est enfin là ! On s’attendait à de la boucherie, on a eu de la zumba. Hassoul, à vous de juger :

  • Siboy est de retour ! Oui, Siboy, le mec que tu te mets dans les oreilles quand tu dois aller noyer des petites chats. Il revient avec un morceau des plus sombres comme il sait si bien les faire, « Goût cerise ». On va beaucoup le faire tourner :
  • Kery James, autoproclamé “le rappeur le plus hardcore”, a dévoilé cette semaine le clip de J’rap encore, morceau éponyme de l’album qu’il sort le 16 novembre. C’est du Kery James, c’est du conscient énervé. On se demande tout de même si malgré son image contestataire et ses clips chocs, il ne commence pas sérieusement à enfoncer des portes ouvertes :
  • Lacrim est l’invité du nouveau single du rappeur néerlandais d’origine marocaine 3robi, « Dix millions de dollars ». Le signe que Lacrim continue de s’internationaliser (il a déjà fait des feats avec Migos, Lil Durk et s’apprête à sortir un son avec 6ix9ine), pour le plus grand plaisir de nos oreilles :

  • L’ancien membre de la MZ Dehmo retrouve son ancien partenaire Hache-P ainsi que Marlo Flexxx pour « CPCBCB », nouvel extrait de son album « Métronome » qui sortira le 23 novembre. On attend ça fort :
  • De nombreux clips à retenir : « Fratello », un des morceaux les plus froids du dernier album de Rim’K, « Polak » de PLK, Sadek clippe son feat avec Sofiane, S. Pri Noir est passé chez COLORS pour interpréter « Chico », un son à l’ambiance sud-américaine incroyable, et Zola lâche un freestyle pour OKLM :

Aux US

Projets

  • Mick Jenkins, qui avait faire une entrée très remarquée il y a quelques années avec sa mixtape « The Waters » et son premier album, est de retour avec « Pieces of a Man », un projet de 17 titres, dont notamment un featuring avec Ghostface Killah et un avec BADBADNOTGOOD. Les sonorités sont très jazz, très nocturnes, comme on en a l’habitude avec le rappeur.

  • La machine à bangers de Toronto Tory Lanez est de retour avec un nouvel album, « LoVE me NOw », avec un casting XXL : 2 Chainz, Chris Brown, Meek Mill, Lil Baby, Bryson Tiller, l’incontournable Gunna

  • Le rappeur d’Atlanta MadeinTYO, auteur du tube « Uber Everywhere » en 2016, invite Gunna, Blood Orange ou encore A$ap Ferg sur son nouvel album très réussi, « Sincerely, Tokyo » :

  • Pour « Mona Lisa », le beatmaker Apollo Brown fait appel à Joell Ortiz pour poser sur les 11 prods qu’il a concoctées. L’album comporte notamment un featuring avec Royce Da 5’9’’. Mention spéciale pour « Decisions » :

  • Huit ans après, les Black Eyed Peas sont de retour avec « MASTERS OF THE SUN VOL.1 », et sans Fergie. Pourquoi on en parle ? Parce qu’ils reviennent à ce qu’ils faisaient avant leur époque superstar : il font du rap. Les feat ne trompent pas, que ce soient Nas, Slick Rick ou Phife Dawg, les Black Eyed Peas sont là pour poser. Vous en doutez encore ? Ecoutez le single qu’ils n’ont finalement pas intégré dans le projet, « GET IT ». Et faites-nous le plaisir de jeter un oeil au projet, vous pourriez être surpris.

Singles / Clips

  • Cardi B, la reine du game 2018, nous ressort un nouveau single cette semaine : « Money ». Elle reprend la recette qui avait marqué sur son hit « Bodak Yellow » : un flow agressif et des paroles de femme émancipée et bling bling qu’on a envie de respecter très fort :

  • Alors que l’album de Quavo n’a que quelques semaines, c’est au tour de son acolyte au sein de Migos, Takeoff, de lancer sa carrière solo ! Il pond un single, « Last Memory », et a annoncé que son premier album solo, « The Last Rocket », sortira la semaine prochaine. « Last Memory » est un banger plutôt bresom ; est-ce la direction que compte prendre le rappeur pour la suite ?
  • Jay Rock nous balance un clip de son feat avec Kendrick Lamar, « Wow Freestyle », de son album REDEMPTION qui est sorti plus tôt dans l’année. L’alchimie entre les deux rappeurs fait mouche, c’est du kickage comme on aime, on en redemande.
  • Il y a 2 semaines, Kodak Black sortait « ZEZE », un single dont la prod rappelait celle du hit « Taste » de Tyga (normal, c’est le même producteur, t’excite pas). Ce dernier fait donc maintenant appel à Swae Lee pour la reprendre à son compte. On salue la performance de Tyga, qui dompte la prod à un point qui en est presque indécent, et qui contraste parfaitement avec le côté chanté que Swae Lee apporte.
  • « Arms Around You », c’est le nom du morceau de Lil Pump et de XXXTENTACION, qui invitent Maluma et Swae Lee à poser. Dommage qu’on soit en hiver, parce qu’à l’écoute on s’imagine tomber sur la plage, au bord de la mer, regarder le coucher du soleil avec une belle latina dont on est tombé amoureux.

  • Premier coup de coeur de la semaine : « Topanga » de Trippie Redd. On salue la performance chantée du rappeur, et la prod vraiment originale sur laquelle il pose. Ça laisse présager du bon pour son prochain projet.

  • Deuxième coup de coeur : pour « Fork In The Pot », le producteur de génie The Alchemist s’acoquine avec Conway, Westside Gunn et ScHoolboy Q pour nous livrer un titre poussiéreux accompagné d’un clip des plus psychédéliques. On vous laisse en juger par vous-mêmes :
  • Il nous avait mis sur le cul avec « Kyoto » en 2013. Depuis quelques années il fait moins de bruit, mais Yung Lean gagne en maturité à chaque projet et consolide l’identité artistique qui lui est propre. Son nouveau single, « happy feet », est à l’image de ce que le rappeur suédois peut nous proposer de meilleur en ce moment :c’est mélancolique, c’est triste, mais qu’est-ce que c’est bon. On attend son album la semaine prochaine avec impatience.

  • Swizz Beatz, le producteur de renom, nous envoie ce vendredi « Come Again » feat. Giggs, un banger de folie. On a juste envie de se le mettre en boucle dans les oreilles et d’aller écraser des piétons sur GTA.

L’instant sucreyy

Deux sorties très douces cette semaine en R&B :

  • Après des mois de teasing et d’attente, Ty Dolla $ign & Jeremih viennent enfin de libérer « MIH-TY », leur projet collaboratif rempli d’amour et de douceur. Le talentueux Hitmaka produit l’intégralité de l’album. Sur 11 titres, pas le temps de s’ennuyer, et on a même droit à des apparitions de Chris Brown, Wiz Khalifa et French Montana.

  • La chanteuse londonienne Nao sort son deuxième album, « Saturn », cette semaine. Elle a pris un tournant moins pop, plus personnel que sur son premier album. À écouter.

 

S/O le jeune babouin Irénée pour la rédaction de l’article

Vendredi Sorties #14

Bonjour à tous et bienvenue dans ce nouveau numéro des Vendredi Sorties, la chronique qui te résume toutes les sorties musicales de la semaine ! Installe-toi narvalo, on s’est une fois de plus régalé :

En France

Au programme cette semaine en France : plusieurs gros retours et une floppée de singles :

Projets

  • Après nous avoir fait patienter avec « Pharmacie, » l’un de ses morceaux les plus sombres, et un freestyle monumental sur Skyrock, SCH sort enfin son album « JVLIVS. » 17 titres dont un unique featuring, avec le rappeur du 91 Ninho. Le projet défonce tout, SCH rappe mieux que jamais. Mathafack. Donnez-nous vos avis :

  • Une semaine après la sortie de son single « Empire», le groupe mythique du rap français Sniper dévoile son nouvel album, « Personnalité Suspecte, Vol.1. » Produit par Seezy (qui a notamment travaillé avec Vald ou Sofiane) et Dany Synthé, celui-ci marque le retour du trio en studio, c’est un régal :

  • Longtemps membre du collectif Neochrome (Seth Gueko, Alkpote, Sinik), Joe Lucazz a complètement lancé sa carrière solo en 2015 avec le projet « No Name », auquel il a même donné une suite cette année. Il est déjà de retour avec un nouvel album, « Carbone 14 », à découvrir ici :

  • Trois autres sorties à noter : le deuxième EP du talentueux rappeur 7 Jaws et les nouveaux albums de Manast LL’ et de Mikano, deux français qui rappent en anglais :

Singles / Clips

  • Membre du duo « Pso Thug » avec le rappeur Aero, Leto nous propose d’écouter cette semaine l’épisode 4 de « Double Bang, » sa série de freestyles dont le premier épisode est sorti il y a deux mois :

Pour les retardataires, ici le lien de l’épisode 1 :

  • Après sa participation au projet « 93 Empire » et sa collaboration avec le rappeur Heuss L’enfoiré sur le single « L’Addition », Vald nous régale une fois de plus par son éternel sang-froid, dans le clip « YAX3». On vous laisse en juger par vous-mêmes :
  • Alkpote soigne à nouveau son image de « pornocrate » (coucou les détracteurs) avec le titre « Hécatombe, » pour le plus grand bonheur de ses fans, impatients à l’idée d’un probable featuring de celui-ci avec le Belge Damso. Tout se passe ici :

Sans titre

  • Pour les déçus qui avaient acheté leur(s) place(s) pour son concert finalement annulé au Bataclan, Médine, dont on sait déjà qu’il se produira au Zénith le 09 Février prochain, dévoile le morceau « BRASSENS» :

  • Tengo John, anciennement Theo Skellington, collabore avec Cinco pour le premier extrait de son nouvel EP prévu pour fin 2018. « OLB, » c’est le titre du single :
  • Le rappeur A2H sort le clip « SDARM, » nouvel extrait de son album « L’AMOUR » dont la sortie est prévue le 16 Novembre prochain. Toujours très éclectique dans les thématiques qu’il aborde dans ses morceaux, il nous invite ici à diffuser l’Amour. N’hésitez donc pas à le faire si vous avez apprécié :

Aux États-Unis

On nous régale également de l’autre côté de l’Atlantique avec de gros projets attendus, des clips sales et comme toujours du sucre en barre a prévoir côté R&B avec notre tendre Khalid.

Projets

  • On commence par le gros projet commun entre Future et Juice WRLD qu’ils n’ont annoncé qu’à la veille de la sortie, à la surprise générale. Et on comprend bien l’enthousiasme : une surprise, une collab de fou, des guest de renom (Lil Wayne, Nicki minaj, Young Thug,…) :

  • Après avoir été annoncé comme le successeur de Method & Redman pour How High 2 (en a t-il seulement la carrure ?), Lil Yachty nous dévoile son 3e album « Nuthin’ 2 Prove » avec de gros guest (Cardi B que l’on ne présente plus ici, Juicy WRLD, Lil Baby, Gunna) :

  • DJ Muggs, le DJ emblématique du groupe Cypress Hill (quoi tu connais pas ? Rattrape toi et va m’écouter ce classique) balance son projet commun avec Roc Marciano intitulé KAOS. Un titre aux allures métalleuses qui surprend dès l’intro aux vibes disco, on se croirait presque dans le générique de Starsky et Hutch. Un très bon album qui nous renvoie dans les 80’s pendant 35 minutes.

 Singles / Clips

  • Après avoir passé l’été a lâcher mes meilleures danses Fortnite sur le son (j’ai entendu iencli ?) c’était probablement le clip que j’attendais le plus : « Sicko Mode », plus gros tube extrait de l’album « ASTROWORLD » de Travis Scott, a enfin un visuel et il est absolument mortel. Réalisé par Dave Meyers (Kendrick Lamar, Jay Z, Rihanna…) :
  • Avant la sortie de son album « Love Me Now » la semaine prochaine, Tory Lanez dévoile son nouveau single « Drip Drip Drip », en featuring avec Meek Mill la légende :
  • Post Malone et Swae Lee (moitié de Rae Sremmurd) avaient déjà fait une collaboration ultra efficace sur le dernier album de Post Malone, en voilà maintenant une deuxième, qui sera dans la B.O. du prochain Spiderman :
  • Des femmes de peu de vertu, des montres, des jet skis stylés et des abdos. T’as la recette pour un classique Gucci Mane & Lil Pump. Rien d’original mais est-ce qu’on aurait pu s’attendre à autre chose de toute façon ?
  • Quelques autres singles en vrac : Young Scooter accompagné de Yung Bans & Gunna nous lâche un gros banger, un nouveau single de Lil Peep fait encore surface et notre coup de cœur de la semaine Tobi Lou sort un nouveau single :

R&B

Énormément de sorties sucrées cette semaine, voici ce qui nous a le plus marqué :

Projets

  • On n’entendait plus parler de Khalid  qu’au travers de singles et d’apparitions sur des projets. Mais un an après l’excellent « American Teen », Khalid revient avec son EP « Suncity ». De quoi se préparer au rude hiver qui arrive.

  • Brent Faiyaz sort son nouvel EP intitulé « LOST ». Un artiste encore trop méconnu au regard du travail qu’il peut fournir et de la qualité de son projet « Sonder Son » sorti l’an dernier, on vous conseille d’aller checker tout ça :

  • Notre découverte de la semaine : Murkage Dave, chanteur britannique notamment proche de Don Dada (Alpha Wann, Hologram Lo), sort un premier album très réussi et touchant :

  • Retour garanti dans les 2000’s avec le nouvel album en 2 volumes de T-Pain, « Everything Must Go ». Après une absence dans les bacs depuis 2011, il était revenu avec Oblivion et remonte en puissance désormais avec ce nouvel album totalement en solo.

Singles / Clips

  • 6lack, l’étoile montante d’Atlanta qui intrigue tant nous pond un clip sobre de son feat avec J Cole un mois après la sortie de son album « East Atlanta Love Letter ». Un poème de rebeu fragile mis en image retro qui fait penser à la réa des clip style Macklemore.

  • Daniel Caesar dévoile son single « Who Hurt You ? ». Un très bon son qui n’a pas échappé à mon oreille aguerrie : la musicalité du refrain s’inspire du refrain de « Wasted Times » de The Weeknd.
  • Après le très réussi « Collection One » plus tôt dans l’année, le chanteur Saint Jhn présente un nouveau single super doux :

 

Gros merci aux jeunes babouins JF et Feugol pour leur TRES bon taf.

A bientôt mes chacals

Pas de panique, Kanye nous fait tous marcher

  Voilà maintenant plusieurs semaines que Kanye a fait son retour tonitruant sur Twitter et dans les médias. Pour son armée de fans fidèles et affamés, c’est le signe d’un nouvel album solo, après le très controversé The Life of Pablo en 2016, en plus d’un album en collaboration avec Kid Cudi, des productions sur les albums de Nas, Pusha T, Teyana Taylor ou encore Christina Aguilera.

  Mais en attendant le 1er juillet et le début des hostilités musicales, c’est un Kanye West encore plus imprévisible, provocateur et sans filtre qu’avant sa dépression nerveuse et son séjour en hôpital psychiatrique que l’on retrouve. C’est sans surprise que l’artiste fait parler de lui avec des déclarations à contre-courant et des phrases choc, mais alors que ce fils d’activistes Black Panthers s’est battu toute sa vie pour changer l’image de l’homme noir à travers l’art et le succès qui va avec, il affiche aujourd’hui un soutien indéfectible à Donald Trump et à des figures de l’extrême droite américaine, exhibant fièrement sa casquette dédicacée « Make America Great Again », symbole de sa nouvelle bromance partagée avec le Président lui-même.

KIsma1.pngI’m hyper focused on the now

Qui est ce monstre et qu’a-t-il fait de Kanye Omari West ? Comment l’homme qui a lancé « George Bush doesn’t care about black people » en direct d’une chaine de télévision nationale en 2005, peut déclarer en 2018 que l’esclavage était un choix ?

  Son interview de 2 heures avec le célèbre animateur radio Charlamagne (consultable içi) nous donne quelques éléments de réponse. Kanye ne soutient pas les positions politiques de Donald Trump, il admire seulement sa capacité à réaliser, en suivant ses propres règles, l’impossible (devenir président des Etats-Unis) quand le monde entier l’en croyait incapable. Ce qui n’est pas sans rappeler le propre parcours de l’artiste, qui a réussi à devenir successivement l’un des meilleurs producteurs, rappeurs puis designers de la planète au cours de son incroyable carrière, quand le monde entier le moquait.       Il ajoute que l’esclavage ne fut pas un choix délibéré, mais qu’un peuple soumis pendant 400 ans développe des mécanismes psychologiques qui les conforte tellement dans cette soumission qu’ils assimilent presque cette dernière à un choix personnel. Une théorie connue des historiens spécialistes de l’esclavage en Amérique.

  Pourtant, ces explications ne suffisent pas à rassurer le public de Kanye, qui a du mal à lui pardonner ses déclarations insensées, même s’il sait bien que le rappeur a l’habitude de faire parler de lui (en bien ou en mal) avant la sortie de ses albums pour leur donner une dimension supplémentaire : c’est un sujet de débat, et c’est surtout un test pour ses détracteurs qui l’attendent au tournant.

  Heureusement, certaines personnes (dont nous), ont beaucoup de temps à perdre et ont développé des théories presque complotistes pour expliquer le comportement de leur idole. Si celles qui expliquent que Kanye s’est fait laver le cerveau par les Kardashian dans l’hôpital psychiatrique, ou qu’il s’est fait remplacer par un clone Illuminati nous ont bien fait rire, une théorie pas si folle que ça a attiré notre attention.

  Un utilisateur du forum KanyeToThe.com a exposé cette théorie révolutionnaire : avec son copain Tremaine Emory (plus connu sous son pseudo Twitter @denimtears), Kanye est en train de réaliser une performance artistique inspirée par Andy Kauffman, David Hammons,  Joseph Beuys, et le film Le Prestige.

  Explications :

Lui, c’est Tremaine Emory.

Kisma2.png
Naps are awesome

C’est un collaborateur et ami de Kanye. Ils ont été aperçus ensemble à plusieurs reprises à Calabasas un peu avant le retour médiatique de Kanye. Kanye l’a même cité commune l’une des personnes les plus importantes de son entourage dans son interview fleuve de 2 heures.

Lui, c’est Joseph Beuys :

Kisma3

Le cousin caché de Jean-Luc Reichmann

C’est un artiste américain qui en 1974, a réalisé une performance nommée I like America and America Likes Me, durant laquelle il s’était enfermé dans une pièce avec un coyote pendant 3 jours pour transmettre à l’animal le concept de tolérance, et ce grâce au désir de guérison de l’artiste. Ici le coyote serait l’extrême droite américaine, et Beuys serait Kanye West, qui a twitté l’image de Beuys et de son installation de 1974. Tiré par les cheveux ? Ce n’est pas fini.

Kanye a également twitté des images de l’œuvre de David Hammons.

Kisma4.png

David Hammons était un artiste qui s’emparait de symboles racistes, comme à l’époque le pique (ici la casquette MAGA !), et les retournait contre leurs créateurs.

  Et c’est là que ça devient intéressant, regardez la réponse de Tremaine Emory, alias @denimtears, à ce tweet :

Kisma5

Incroyable ! Vous commencez à y croire ? Nous on est déjà convaincus. But wait ! There is more…

Kanye a twitté un dessin d’Andy Kauffman, comédien célèbre pour avoir incarné un personnage grossier, provocateur, et avoir fait marcher son public en réalisant des farces géantes sur plusieurs mois. NDLR : voir le superbe film Man On The Moon qui retrace la vie de Kauffman et a valu à Jim Carrey un Golden Globe pour sa performance magistrale.

Kisma6.png

 Andy Kauffman ne sortait jamais de son personnage, au point où ses fans sont persuadés que sa mort due à un cancer était une farce.

Alors Kanye ne compte-t-il jamais mettre un terme à cette supercherie ?

  La réponse se trouve dans le film Le Prestige, supposément le dernier acte de la performance, que Tremaine Emory a évoqué plusieurs fois :

Kisma7

  Le Prestige est le dernier acte d’un tour de magie parfait. La première étape est l’Engagement : le magicien vous présente un objet et vous demande de l’inspecter. Il vous paraît normal mais il ne l’est évidemment pas. La seconde étape est le Tour : le magicien fait faire à l’objet ordinaire quelque chose d’extraordinaire. Mais faire disparaître quelque chose n’est pas suffisant. Le plus difficile est de le faire réapparaitre, c’est le dernier acte : le Prestige.

 On en déduit alors que notre Kanye adulé reviendra à la fin de sa performance, et signera ce qui sera certainement une des plus grandes performances artistiques de tous les temps.

  Alors, vous y croyez ? Que ce soit vrai ou pas, il y’a des choses dans la vie qui ne changeront jamais :

Kisma8

La belle histoire d’amour entre les rappeurs et les sneakers

Les baskets font aujourd’hui officieusement partie des piliers du hip-hop. La culture « kicks » inonde Internet, d’Instagram aux vidéos de shopping de Joe La Puma pour Complex en passant par les « Celebrity Sneaker Stalker » de NiceKicks.

Les deux se rencontrent pour la première fois en 1986, quand RUN DMC demande à leurs fans de « wave their Adidas high in the air ». Leur chanson « My Adidas » est une vraie déclaration d’amour à la Superstar. Ils ouvrent alors la porte à de nombreux partenariats et à une belle histoire. C’est la naissance d’un nouveau business et Run, DMC et JMJ s’en rendent bien compte lorsqu’ils crient dans une vidéo destinée aux cadres d’Adidas « GIVE US A MILLION DOLLARS ». On se rend compte que le rap peut vendre des baskets.

Capture d’écran 2018-05-06 à 00.13.08.png

Adidas flaire la bonne affaire et s’ensuit une édition spéciale de Superstar et une ligne de vêtements. Elle prend de l’avance sur Nike, alors en pleine expansion. Les Stan Smith que personne ne peut aujourd’hui supporter deviennent elles aussi des icônes du hip-hop avec IAM (Je danse le Mia) ou HLM 3 (Lunatic). Les B-Boys deviennent à la même époque des ambassadeurs de la Puma Clyde. En 2017, pour les 50 ans de la Suede, Puma lancera même un pack B-boy pour « rendre hommage à la culture street et hip hop ».

« T-MAX, Air Max c’est la street » Seth Gueko

Nike riposte alors en utilisant sa botte secrète : Tinker Hatfield. Brillant designer, il dessine la Aix Max 1 en s’inspirant du Centre Pompidou à Paris. La marque n’a pas besoin de s’associer à des rappeurs pour que la paire gagne en street crédibilité. Ils en font d’eux-mêmes leur emblème. Le prince du 92 résumera « Taxi que si je paye avec mes Air Max » dans Le silence n’est pas un oubli.

Aux côtés de la Air Force 1, que Jay-Z changeait tous les jours pour conserver leur blancheur immaculée (enfin c’est ce qu’on raconte), elles deviennent un signe de richesse que les fans de hip-hop sont fiers d’arborer. C’est même, selon Grems dans Airmax, « la seule richesse à exhiber ».

Capture d’écran 2018-05-06 à 02.03.59.png

« Nikes on my feet » Mac Miller

On arrive ensuite dans les années 1990 où les modèles de Air Max sont de plus en plus populaires. La street s’en empare et aux Etats-Unis, les gangs de rue se disputent jusqu’aux sneakers. Les Bloods et les Crips, deux gangs originaires de Californie choisissent chacun une paire qui deviendra un de leurs signes distinctifs : respectivement les Air Max 95 et les Air Max 98. L’ambiance est un peu plus trash comme le prouve The Game dans Hate it or love it : « I’ll kill you if you try me for my Air Max 95’s ». Sympa!

D’autres modèles gagnent le coeur des rappeurs comme la Air Max 90 de Lino : « le filtre est Marocco, la 90 Air Max ». Mais c’était sans compter sur les Air Max Plus TN qui deviennent les chaussures du ghetto par excellence. Surnommées “requin” en raison du coloris originel au dégradé aquatique « Hyper Blue », ce sont les premières baskets avec une bulle d’air sur toute la longueur de la semelle. “C’était une des premières basket qui dépassaient les 1000 francs et donc c’est devenu la pompe des dealers, puis un signe extérieur de richesse” raconte Jay Smith, un connaisseur.

Capture d’écran 2018-05-06 à 02.20.45.png

Dans Clashes, Youssoupha explique que « le bitume c’est les dents de la mer, retiens, la raison pour laquelle on marche en Air Max Requin ».

La culture sneakers devient petit à petit une culture de masse et on ne peut plus dénombrer les collaborations entre rappeurs et marques de baskets : des Fila avec le Wu-Tang, les Jordans 12 de Drake, les Jordans 4 d’Eminem qui se vendent aux enchères pour 30000$ et plus encore.

La hype s’empare alors de l’affaire et les années 2010 voient fleurir le premier vrai créateur issu du rap. On vous en a déjà parlé plusieurs fois, c’est bien sûr Kanye West. La basket passe d’icône de la rue à icône des podiums et des tapis rouges. Kanye passe de Nike à Adidas sans scrupule, et s’il avoue aujourd’hui qu’il pensait que ses Adidas n’attireraient pas autant d’attention après le scandale de son départ de chez Nike, c’est bien l’inverse qui se produit.

Capture d’écran 2018-05-06 à 02.37.05.png

Si Adidas a compris les bénéfices que pouvaient lui apporter les rappeurs dès 1986 et s’associe aujourd’hui avec Pharrell, Rita Ora ou ASAP Rocky, Nike reste plus réticent et préfère les partenariats avec les sportifs. Ils restent soucieux de leur image basée sur la performance alors qu’Adidas s’inscrit dans une démarche plus lifestyle. Mais c’est malheureusement plus le nom qui intéresse que les vraies collaborations. Rares sont les vraies créations de rappeurs aujourd’hui, le design revient aux couturiers ou aux sneakers designers spécialisés. Et quand on voit certaines paires, c’est peut être mieux comme ça… (ci-dessous les Skechers 310 Motoring de Nas)

Capture d’écran 2018-05-06 à 15.00.28.png

Kanye is Back, Twitter surchauffe

Il y a quelques semaines, Kanye West faisait son grand retour sur Twitter. On va passer au crible ses derniers tweets et ses grosses annonces. Evidemment roi en matière de communication, il maîtrise à la perfection son art ce qui nous a refait un peu penser à l’article de Robin (Comment sortir un album (et buzzer) ? )

Capture d_écran 2018-04-28 à 14.52.40

Follow him, I follow back

Déclaration d’amour pour sa Tesla, Teasing des Yeezy, Collab, Philosophie, Bonus Post Malone… GO.

Part 1 : Le grand retour du roi de la controverse

Disparu depuis 2016 du fameux réseau social, il nous a tous pris de court. On s’inquiétait notamment de son état de santé avec son sérieux burn-out. En Mai 2017, il avait alors fermé son compte Twitter et supprimé tous ses tweets. Bref, c’était pas la forme après « The life of Pablo » avec pourtant un record pour l’album : 99 millions d’écoutes sur les plateformes de streaming à sa sortie en 2016.

« Wake up mister West » (Famous, TLOP)

Facts :

On apprenait récemment sur Instagram la sortie d’un nouvel album de Drake mais Kanye ne fait pas les choses à moitié. Ce n’est donc pas un mais deux albums qu’il tease. Un composé de sept titres interprétés par le master en personne et un autre en featuring avec Kid Cudi : Kids See Ghost.

Capture d’écran 2018-04-28 à 14.31.40.png

Collab’ qui nous inspire car on ne peut que se rappeler de leurs anciennes collab’ avec notamment « Erase me » il y a déjà dix ans.

 

Toujours plus :

Il tease aussi des sorties de Pusha T et Teyana Taylor. Toujours mystérieux, à nous d’interpréter, sorties de deux autres albums ou deux sons avec ces rappeurs ? Pas meilleur que lui dans l’art du contre-pieds on vous le disait.

Début Avril, il a aussi révélé qu’il bossait sur un ouvrage philosophique « Break the Simulation » en se comparant tout simplement à Stephen Hawking. Peut-être que bientôt nous pourrons le citer dans nos dissert de CG, can’t wait…

Capture d’écran 2018-04-28 à 14.24.52.png

« Certaines personnes ont besoin de travailler dans une conscience existante tandis que d’autres peuvent changer la conscience. » Inspirant.
Capture d’écran 2018-04-28 à 14.53.47.png

 

 

«Soit ici maintenant. Soit dans le moment. Le présent est le meilleur moment de nos vies et il ne cesse de s’améliorer. Les mauvais moments, les moments d’ennuie, les moments de grande anxiété. Profite de chaque instant pour sa grandeur. C’est la vie. C’est le plus beau film que nous verrons jamais.» Poignant.

Part 2 : Prod & Good Music

Le 23 Avril il clarifie les choses :

Capture d’écran 2018-04-28 à 15.14.14.png

Il va donc produire tous les albums qu’il a évoqué avec son label Good Music. On attend donc le 15 Juin la sortie de l’album de Nas qui serait donc une production West.

Capture d’écran 2018-04-28 à 15.17.25.png

 

 

 

 

Part 3 : Yeezy ft Quechua

Il tease aussi les nouvelles Yeezy ce qui réveille les services de la com Décathlon. On imagine que Kanye s’est bien marré.

Capture d’écran 2018-04-28 à 14.48.37.png

Capture d’écran 2018-04-28 à 14.44.49.png

Oui mais ses partenariats il les choisit bien. C’est avec Takashi Murakami, artiste plasticien chef de fil du « néo-pop » Japonais (le Superflat) qu’il va travailler pour son prochain album. On se rappelle de leur collaboration en 2007 pour la pochette de l’album Graduation et clip « Good Morning ». Il remet ça.

B007CD.jpg

Part 3 : (Breaking News) Kanye ft Trump la suite

Vendredi 27 Avril, sortie de 2 sons « Lift Yourself » (http://www.kanyewest.com) et « Ye VS.The people » avec Atlanta OG T.I. (le son ). Le premier est clairement un troll en réaction aux attaques sur son soutien à Trump, voici les paroles (entières) de la chanson :

« Poopy-di scoop
Scoop-diddy-whoop
Whoop-di-scoop-di-poop
Poop-di-scoopty
Scoopty-whoop
Whoopity-scoop, whoop-poop
Poop-diddy, whoop-scoop
Poop, poop
Scoop-diddy-whoop
Whoop-diddy-scoop
Whoop-diddy-scoop, poop » – Kanye West.

(brillant)

Après son soutien pour Donald Trump, ses fans avaient bien besoin d’explications. Sur le deuxième titre Kanye explique pourquoi il a porté la casquette de Trump : « I never ever stop fighting for the people, actually wearing the hat is showing people that we’re equal »

Bonus de la semaine :

Nouvel album de Post-Malone « BeerBongs & Bentleys » avec de belles participations 21 Savage, Nicki Minaj,G-Easy… Petit coup de cœur pour « Over Now » et les sons « Psycho » et « Candy Paint » qui se glissent dans l’album mais qui avaient déjà bien fait leurs preuves sur les blondinettes fragiles.

Stay Tuned

—->   Twitter de Kanié   <—-

 

 

Fresh Street Art Tour Paris vous fait découvrir ou redécouvrir le Street Art

 

Vous le savez la première édition du Street Festival aura lieu le 18-19 Mai à Cergy (on like la page de l’event pour plus d’infos :  Page Fb du Street Festival 2018 ). Pour cela notre équipe va lancer une campagne de Crowdfounding avec à la clé des invitations pour participer à des visites de Paris autour du Street-Art par notre partenaire Fresh Street Art Tour Paris.

On aime cette idée sympa pour découvrir Paris autrement donc on va vous parler du concept.

street-art-00
Partez à la découverte des secrets parisiens

Qu’est ce que le « FRESH » ?

Comme ils le disent très bien c’est une histoire de famille. Deux cousins, Bénédicte et Laurent veulent mettre en valeur le patrimoine parisien tout en partageant leur passion. Ils vous donneront les clés pour percer les secrets de cet art de la rue qui envahit peu à peu les galeries d’art.

aside_presentation

Le street-art comme art vivant

Tous les jours, des œuvres apparaissent ou disparaissent. La magie de la liberté de cet art donne un côté unique à chaque visite car elles sont adaptées par les guides. Leur connaissance d’anecdotes sur les œuvres vous permettront d’enrichir votre « street-culture » tout en passant 2h30 agréables entre amis, en famille ou même en solo !

IMG_7254-FS
Fresque de Shepard Fairey dans le 13ème

Des parcours pour traverser Paris :

Vous pouvez choisir 4 parcours différents :

  • Balade street art quartier Bercy BNF (2h : 11€ par personne)
  • Camions & Merveilles du XXe (Belleville-Ménilmontant 2h30 : 11€ par personne)
  • Parcours Butte aux Cailles (2h30 : 11€ par personne)
  • Street art du Marais (2h30 : 22€ par personne avec visite d’un lieu exclusif avec café/thé)

On adore la possibilité de faire des visites privées :

Team-Building, activité d’asso ou simple sortie entre amis, précisez vos demandes sur le site (lien de réservation) et un devis vous sera envoyé.

En Bref : une petite vidéo 

 

On reconnaîtra les œuvres de Shepard Fairey (si on vous dit OBEY ça va tilter), de Monsieur Chat, de Miss Tic, de Ben et bien d’autres.

Où réserver ?

Via leur site internet (Site Web du Fresh) , sur la FNAC, le site de l’Office de tourisme de Paris et bien d’autres.

Retrouvez le « Fresh » sur :

 

Capture d_écran 2018-03-24 à 21.10.45